Prélude. 2020-2014

Travail de terrain 2017- Vers la lagune Trim et Medina, île de la famille Villagra © Agathe Alexandre. Vidéo : http://taragui.hypotheses.org/files/2020/03/Yvera-lagune-Trim-.mp4

[Un propos introductif avec quelques notes de terrains éparses sur ma première expérience de terrain en 2014].

J’assistais pour la première fois à une réunion avec l’ensemble des familles d’une communauté guaranie dans les estuaires de l’Iberá.1

Ce lieu s’appelle Yahaveré, j’y retournerai plusieurs fois, seule ou accompagnée des militants. Cette communauté bénéficie d’un statut de communauté guarani pré-existante à la république d’Argentine attribué par l’Institut national des questions indiennes (INAI) depuis 2013. Lors de mon dernier travail de terrain, en 2019, la communauté a signé officiellement au sein du pouvoir judiciaire, le titre communautaire de Yahaveré. L’entreprise privée avec laquelle elle était en conflit a restitué les terres demandées par la communauté. (une entreprise privée qui restitue des terres à une communauté indienne est une première en Argentine). C’est une longue lutte politique de dix ans qui s’est clôturée en juin dernier.

La description qui suit, empreinte d’ une familiarité me fait revivre l’ambiance particulière de la campagne de Corrientes (qui m’accompagne toujours actuellement dans mon travail), la cuisine du nord est argentin (fortement influencée par la culture paraguayenne), le potager, les animaux (chiens, poules, vaches, moutons), l’ambiance particulière des parajes (lieu-dit) où seules les rondes de maté viennent rompre le silence assourdissant de ces espaces reculés, les chipas guasú, les conversations où se mélangent l’espagnol et le guarani.

Mais il est un détail qui reste important. Notre corpus d’anthropologue se compose principalement des discours politiques des militants de l’association mais également des récits familiaux des paysans et des communautés. La clé de compréhension principale qui explique l’implication politique des paysans et communautés dans la mobilisation collective est à chercher dans la vie quotidienne de ces poriajhu (mot guarani qui signifie pauvre). Le passage quotidien d’un camion qui transportait les récoltes de riz de la campagne vers la ville, en début d’après-midi, à l’heure de la sieste fût l’étincelle qui mit le feu au poudre. Un événement quotidien qui initia une lutte qui continue encore au jour d’aujourd’hui (déranger un correntino pendant la sieste, ces gringos n’ont donc rien compris!).

Juin 2014. Premier pas sur le terrain.

Voila quelques mois déjà que je suis installée dans la ville de Resistencia (province du Chaco) et que j’exerce comme assistante de langue française dans les écoles de la ville.

J’ai assisté il y a quelques jours à une réunion de l’association écologiste Guardianes del Iberá (Gardiens de l’Iberá) qui travaille avec les communautés paysannes et les communautés guaranies qui sont confrontées à divers problèmes environnementaux dans la province de Corrientes (province voisine du Chaco, nord-est argentin). Le discours que tient l’association retient mon attention, j’interpelle un des militants une fois la conférence terminée. Il me dit que l’association travaille déjà avec deux françaises qui parcourent la province, elles écrivent un rapport2 sur la lutte politique en cours dans la province. Je griffonne à la hâte son numéro de téléphone et un mail. Ce n’est que quelques jours plus tard que je reçois un message, une réunion est prévue dans la communauté guaranie de Yahaveré qui est située dans les estuaires de l’Iberá : toutes les familles doivent se réunir cette fin de semaine pour choisir le nouveau cacique ( les caciques sont les « chefs » de communautés indiennes) de la communauté. Je suis conviée.

Première étape : de Corrientes à Concepción.

Notre premier arrêt se fait dans la localité de Concepción, principale porte d’entrée pour arriver jusqu’au paraje. Nous faisons une halte d’une nuit dans la maison de Miriam, militante de la première heure, très engagée et active au sein de Guardianes.

Nous arrivons en fin de journée et nous assistons à la réunion du groupe écologiste Ñambohape (Mot guarani qui signifie haciendo camino (chemin faisant). J’étais la nouvelle attraction du groupe,

¿De dónde sos ? ¿Qué haces acá ? ¿Te hallas ?

Les questions fusaient de toute part et je répondais avec maladresse.

Soy militante. Estoy acá para ayudar a Guardianes del Iberá, entender los problemas ambientales de la provincia. Ayudar a difundir.

Ils eurent l’air intéressés mais sans forcément comprendre réellement le pourquoi du comment de ma présence. Je considérais que je devais faire mes preuves. Soucieuse dés le début de ne pas me laisser enfermer dans le rôle du simple touriste et ainsi éviter que l’on me colle l’étiquette désagréable de française trop rapidement. Cette réunion était pour moi l’occasion de nouer un premier contact avec les gens. Profitant d’un moment de répit, carnet en main, je sors à l’extérieur.

– Les femmes préparaient un guiso (ragoût de viande) dans la cuisine. Les hommes s’attelaient à la cuisson de fameux asado (barbecue argentin) dans la cour intérieure-

Je retrouve dehors un militant de l’association. Nous profitons du calme relatif avant le repas pour discuter, il me raconte alors l’histoire de la communauté, le début de la lutte politique contre l’accaparement des terres dans les estuaires mais aussi dans la province.

« Te cuento. Tenemos problemática con el tema de la tierra. Hay dos grandes empresas, la de Douglas Thompkins y la actual Forestal Andina y San Eugenio que es la que ha tomado gran totalidad del territorio de la comunidad, y con la cual tenemos muchísimos conflictos. La empresa Hacienda San Eugenio empezó a alambrar parte del territorio ancestral de la comunidad de Yahaveré. El Terraplén en cuestión es una obra ilegal que obstruye las aguas del Iberá, tiene 24 km de extensión y fue construido sobre territorio de la Comunidad de Yahaveré y de la Reserva Provincial del Iberá por la empresa San Eugenio. »

Deuxième étape : de Concepción jusqu’au lieu dit Yahaveré.

5h du matin-jour suivant.

Nous nous levons de bon matin. Nous commençons à charger le tracteur. Si par mégarde je m’aventure à porter un des sacs, on se jette de suite sur moi pour me le reprendre. En aparté, un des militants m’explique que je suis une femme et que porter des sacs et charger le tracteur ce sont les homme qui s’en occupent. (ok, leçon retenue). J’observe alors passivement les nombreux allers-retours, le brouhaha des chiens, le chahut des enfants.

Le départ

On m’explique qu’il y a plusieurs chemins pour accéder au paraje et que nous allons emprunter el paso Mbygua (passage Mbygua).

Figure 1. Paso Mbygua-2017 © Agathe Alexandre

Un prolongement de vert s’étale à l’horizon. Ce sont les plantations de pins, ces soldats verts qui montent la garde et qui nous encerclent. Même si la menace est au loin, elle reste présente dans tous les esprits (pollution, précarité salariale, disparition de lagunes : l’arrivée de ces plantations a opéré un bousculement dans la vie des ces parajes). Les couleurs varient en fonction du paysage que nous traversons. Le monte cède la place progressivement aux lagunes et au labyrinthe d’herbes hautes. Nous faisons une halte dans plusieurs maisons de la communauté pour y déposer quelques marchandises. Là, un mouton et un cochon pour le futur asado. Plus loin, nous déchargeons des sacs de farine et plusieurs kilos d’herbe maté. Les vaches paissent avec tranquillité, nullement inquiétées par le bruit assourdissant du tracteur.

Nous passons devant plusieurs pelleteuses, vestiges de la folie passée de ces Humanoïdes, prêt à tout pour faire du profit.

Des ponts

Des routes

Des ponts

Des routes

[…]

De vrais saint simoniens du XXIe siècle.

Nous dépassons ces monstres métalliques, victimes de nos quelques insultes au passage. En vue, la maison de la famille où va se dérouler la réunion. A l’entrée, je remarque une grande charrette, à l’intérieur sont entreposés des branches de piri. Le piri pousse dans de nombreux endroits disparates des estuaires, les paysans-guaranis en font la collecte. Il sert à la construction des toits des maisons. Nous saluons nos hôtes.

¡ Mba’epa reiko ! Mes premiers mots en guaranis.

Une première pièce centrale distribue l’ensemble de la maison. Un recoin attise ma curiosité, là est entreposé un attirail d’outils, couteaux, lassos, lampe torche et une radio. Objets indispensables pour vivre dans un espace aussi reculé. Plus loin, la pièce du fond où se trouve le feu, c’est la pièce de Susy, où se déroule la préparation des fameuses tortas fritas et où l’on réchauffe l’eau pour le maté. C’est une pièce importante que l’on retrouve dans toutes les maisons de la campagne de Corrientes. Pour le moment, je suis avec attention la cuisson du mbeju (mélange de farine de manioc avec du fromage et parfois de la viande). Dans cette même pièce est entreposé un fatras d’objets, casseroles usées, grosse marmite et un assemblage d’épices en tout genre, un tas d’herbe maté. Un peu plus loin, les carcasses de poulet finissent de sécher.

Le feu-dans la pièce du fond.

Je finis mon exploration. A l’extérieur, il y a un autel qui représente le Gauchito Gil, un des saint de la province de Corrientes. Un peu plus loin, un potager où l’on cultive principalement du manioc. Quelques poules et poussins gambadent à l’air libre. Je me dirige vers la lagune. J’observe l’ horizon bleu et vert qui semble infini. Il y a du mouvement. Le profil de trois chevaux se dessinent au loin, une famille de la communauté va bientôt débarquer. Leur arrivée se fait dans un concert d’aboiements, le chien, à Corrientes, est une personne à part entière de la famille !

Tout le monde se rassemble dans la pièce principale. J’assiste clouée sur une chaise à la réunion du paraje. Je suis fatiguée, quatre heure à l’arrière d’un tracteur, je n’en ai point l’habitude ! Je plonge le nez, à intervalles régulières, dans mon carnet, j’écris avec frénésie pour fuir les regards curieux, insistants qui se posent sur moi. Ce rituel d’écriture est pour moi (jusqu’à ce jour) une échappatoire, parfois il m’est utile pour contrecarrer un moment de gêne ou pour fuir l’incompréhension d’une situation. Et puis, griffonner sur un carnet, ça fait sérieux (je crois). Toutes les familles sont réunies pour élire le nouveau cacique de la communauté. Avec un mélange de guarani et d’espagnol, ma compréhension est plus que limitée, heureusement un militant de l’association m’explique brièvement les enjeux de la réunion. On m’offre une torta casera3. Le maté circule. La réunion commence.

La réunion des famille de la communauté
Paraje de Yahaveré-2014 © Agathe Alexandre
  1. Les estuaires de l’Iberá sont une grande réserve d’eau douce qui abrite des espèces animales fragiles et un écosystème vital, à la fois pour les animaux et les hommes. C’est la plus grande zone humide du pays et la deuxième sur le continent américain. Cf vidéo. A propos de l’orthographe, on peut choisir Iberá ou Y’vera. Voici l’explication d’un militant de l’association: Es Iberá en la castellanización y como topónimo oficial, Y’Vera es la forma correcta en el guaraní estandarizado. Desde Guardianes queremos que se empiece a utilizar el guaraní estandarizado. En guaraní son dos palabras. Y (agua) Vera (brillante). La letra puso que se representa con este símbolo: ‘ marca una pausa aspersión en la pronunciación y unión grafica en la escritura: Y’Vera. []
  2. Pour Amis de la Terre. Voir le site internet : https://www.tierra.org/ []
  3. Un gâteau à la vanille []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.