Détour historique

Paraje de Yahaveré- Travail de terrain 2018 © Agathe Alexandre

Je parcours les estuaires de l’Iberá avec l’association Guardianes del Iberá depuis sept ans, je suis le travail politique mis en œuvre par l’association avec les communautés paysannes et guaranies de la province. Ici, l’objectif est de dresser un panorama rapide et général de la situation économique et politique de la province mais aussi de faire un point historique sur la création de cette association et la naissance de la fédération paysanne-guaranie en 2016.

La réalité sociale et économique dans les différentes localités des estuaires de l’Iberá se regroupe autour de mêmes problématiques, les plantations de pins et les cultures de riz engendrent l’usage de pesticides (fumigaciones) et des constructions de routes (terraplenes) pour acheminer le bois ou les récoltes de riz, l’arrivée de nouvelles exploitations productivistes dans la région emploient une main d’œuvre étrangère mais également d’une main d’œuvre locale des parajes (lieu-dit). En conséquence, on assiste à un déplacement des habitants des différents parajes vers les nombreuses localités qui entourent les estuaires de l’Iberá ce qui conduit à une disparition progressive de ces nombreux parajes dans la région. On observe également une fracture du tissu social entre salariés et non salariés qui engendre une progressive subalternisation économique des zones exploitées qui se caractérise par de mauvaises conditions de travail, des salaires tirés vers le bas et une destruction constante de l’environnement. Pour aller vite, la vente de grandes portions de terre aux entreprises multinationales est une des principales causes de changement des conditions matérielles : l’accès à la terre est bloqué et les paysans s’engagent comme salariés dans les exploitations agricoles. Avec la disparition des terres mais aussi en raison de l’appauvrissement des sols c’est une partie des cultures de subsistance que l’on pouvait encore observer ces dernières décennies qui disparaît progressivement. Les différentes mesures politiques prises par les autorités provinciales pour délimiter et diviser en parcelles les estuaires de l’Iberá entraînent une disparition progressive d’une « propriété de fait » (c’est à dire sans titre de propriété) qui résiste de moins en moins à la progression d’un certain modèle de propriété privée mais également à l’imposition d’une confiscation des terres par la province. Cela permet de comprendre un phénomène que l’on peut observer dans les parajes des estuaires et dans les localités des alentours : la vente temporaire d’une force de travail par un ou plusieurs membres de la famille, unité familiale qui vit également de la culture de petites parcelles de terres dont l’exploitation ne peut se faire que par un apport monétaire extérieur (d’un travail effectué hors de l’unité domestique) ou, fait relativement récent, par les différentes « aides sociales » de l’État (monotribut etc;). Les familles paysannes s’organisent, pour la plupart, en fonction de l’utilisation d’une main d’œuvre familiale. Les modalités d’occupation de la terre sont variables : propriétaires (fait récent), locations, propriété de fait. Ces productions agricoles paysannes produisent pour une auto-consommation ou comme nous l’avons observé lors de notre travail avec la fédération (2014-2020) : ces producteurs commencent à vendre sur les marchés locaux.

Face à cette vague extractiviste et dans un but de conservation des ressources naturelles, le gouvernement de Corrientes prend la décision de créer une réserve naturelle (1983) dans les estuaires de l’Iberá. Cette réserve située sur les terres publiques de la province a pour objectif de protéger la faune et la flore du macrosytéme Iberá qui est soumis à diverses législations successives, par la suite, on assiste à la création du Parc Iberá (482 000 hectares) et de la réserve Iberá (750 000 hectares) qui sont situés à l’intérieur de cette réserve naturelle (1 million 300 mil hectares). En 2019-2020, la création du parc national est entérinée mais toujours remise en cause par certains paysans, qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’un parc national sur le pas de leur porte.

La superposition de différentes juridictions, nationales (avec le parc national Iberá) et provinciales (avec la réserve naturelle) laisse entrevoir un espace où les conflits territoriaux mêlent divers acteurs sociaux aux intérêts antagoniques. Les paysans-guaranis des estuaires de l’Iberá sont confrontés à deux dangers: d’un côté, l’avancée de quelques propriétés privées dans la réserve naturelle et de l’autre, l’avancée du parc national sous l’égide d’une propriété de droit public.

Figure 1. Représentation des estuaires de l’Iberá. Source, publication du gouvernement de Corrientes : Parque provincial Iberá, producción de naturaleza y desarrollo local, 2015.

C’est donc dans ce contexte politique et économique que j’ai commencé à travailler dans la région en 2014. Je travaillais donc en collaboration avec l’association Guardianes del Iberá, une association écologiste créée en 2011 constituée essentiellement de groupes écologistes locaux qui luttaient contre les problèmes environnementaux dans la région. Je voulais comprendre le lien et le travail politique de l’association avec les différents groupes et communautés des estuaires et mettre en lumière les différents problèmes environnementaux constatés dans la province. A mon arrivée, les préoccupations environnementales étaient au cœur du travail de sensibilisation de l’association. Nous étions en plein cœur de la campagne No a los terraplenes (Non aux terres-pleins) qui luttait contre la construction de terres-plein dans les estuaires de l’Iberá et qui ne faisait qu’accroître les crues à l’intérieur de l’Iberá, un danger pour la population. Dans un même temps se déroulait une autre campagne de diffusion appelée Stop Harvard, qui luttait contre l’avancée de plus en plus rapide des plantations de pins et l’accaparement des terres des paysans. La principale revendication de Guardianes prenait forme déjà à cette époque, la lutte pour la terre. Les nombreuses contestations de plus en plus vives contre la présence de cultures de riz et les plantations de pins sont portées par la voix de plusieurs associations écologistes locales (l’association Mbareté dans les localités de Chavarría et Mercedes, l’ association Ysyry dans la localité de San Miguel, l’association Ñambohape à Concepción).1. Elles se regroupent en 2011 au sein de l’association écologiste Guardianes del Iberá. A cette époque avec plusieurs actions directes, entre barrages de routes et sensibilisation, Guardianes est d’ores et déjà un réseau politique, c’est elle qui fait le lien entre les anciens groupes et associations écologistes présents sur le territoire. A ses débuts, c’est là sa principale composante de travail, diffuser et sensibiliser la population à la destruction de l’environnement.

La fédération paysanne-guaranie de Corrientes (FeCaGua).

Los pueblos indígenas no dejaron de existir, solo estaban desorganizados políticamente, ser campesino es una situación material, ser guaraní es una realidad cultural, organizarse como guaraní es una decisión política.

Guardianes del Iberá, 2016

Par la suite, la communauté de Yahaveré obtient le statut de communauté guarani pré-existante à la république d’Argentine attribué par l’Institut national des questions indiennes (INAI) en 2013. C’est la première communauté à obtenir cette reconnaissance dans la province. Et au niveau régional, c’est elle qui initie la réorganisation de plusieurs communautés guaranies.

Travail de terrain 2017 © Agathe Alexandre

Elle est suivie par la reconnaissance de la communauté guaranie de Ñu pui, elle aussi, en plein cœur des estuaires et par la communauté de Rincón Avá (Lavalle). Guardianes décide donc de créer la fédération paysanne-guaranie de Corrientes, en 2016. C’est une nouvelle forme d’organisation politique qui fonctionne sur le modèle de l’assemblée. Elle fédère tous les groupes de bases déjà constitués dans l’association et développe autour d’elle un maillon de coopératives et de nouvelles associations (écologistes et association de petits producteurs, coopératives) et affiche un objectif clair : réorganiser les différentes communautés guaranis de la province de Corrientes, développer et renforcer les communautés paysannes, travailler sans patron. Le travail politique construit par Guardianes aboutit à la création de la fédération paysanne-guaranie et dans un même temps contribue au renforcement d’une revendication identitaire autour des communautés guaranies de Yahaveré et Ñu pui (localité de Concepción). Les paysans sont aussi représentés, les anciennes associations écologistes se constituent comme coopératives puisque le fond commun de proposition de la nouvelle fédération se construit autour des problématiques liées à la production et à la commercialisation. Ce fond commun de proposition accompagne l’idéologie revendiquée par la FeCaGua qui se fonde sur l’écologie sociale de Murray Bookchin, anarchiste nord américain fondateur du mouvement qualifié d’ « anarchisme vert » ou « anarchisme écologique » qui lie revendications anarchistes et revendications écologistes.1 En ce sens, la lecture politique que fait la fédération des différentes problématiques environnementales se fonde sur une analyse des inégalités sociales et économique causées par un système de production capitaliste. Il s’agit donc, au niveau local: a) de reprendre la main sur les moyens de production, b) se constituer collectivement autour d’unités productives comme les coopératives ou les associations de petits producteurs c) produire localement et commercialiser en vente directe.


La fédération des travailleurs de Corrientes (FETRAC).

Manifestation de la fédération des travailleurs de Corrientes (FETRAC) contre les politiques publiques du gouvernement de Corrientes. 2019 © Agathe Alexandre.

En mai dernier (2019) une nouvelle fédération a vu le jour. Sœur jumelle de la FeCaGua, elle regroupe l’ensemble des coopératives de pêcheurs, agriculteurs, charretiers, boulangers et fonctionne sur le même mode que l’assemblée. La FETRAC est une fédération urbaine et son rôle principal est de créer et accompagner ces nouveaux gremios, de les rassembler dans plusieurs coopératives de production dans la ville de Corrientes. Tous ces corps de métiers ont une coopérative et forment un noyau de nouvelles unités productives urbaines de la ville de Corrientes. Elle vient renforcer la FeCaGua (et vice-versa) lors de manifestations ou lors d’actions directes.

Guardianes existe toujours, il est composé d’un groupe de militants qui s’occupent de diffuser les problématiques environnementales que l’on peut rencontrer au sein des deux fédérations. Pour être plus précis, la principale problématique au sein de la FeCaGua est la protection des zones humides, les activités agricoles extractivistes (plantations de pins, cultures de riz) et la construction d’infrastructures dont la conséquence première est la déforestation. Au sein de la FETRAC, son rôle est d’informer et de diffuser sur le problème du recyclage et de guider les coopératives des charretiers dans leur travail quotidien de recyclage, dont ils retirent une rémunération mensuelle.

Les deux fédérations côte à côte lors d’une manifestation. 2019. © Agathe Alexandre
Guardianes del Iberá toujours au côté des deux fédérations lors des manifestations. 2019, © Agathe Alexandre
  1. Mbareté est un mot guarani qui signifie bien fuerte. Ñambohapé est un mot guarani qui signifie haciendo camino, Ysyry est le nom d’une rivière des estuaires de l’Iberá []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.